La clinique nîmoise a inauguré fin avril 2014 un service pouvant accueillir six nouveaux nés et leurs familles. Une équipe médicale composée de cinq pédiatres, à laquelle s’ajoutent les services d’une puéricultrice, est à l’origine de la création de ce nouveau service.

Kenval inaugure son service de néonatalogie

Rencontre avec l’équipe médicale

kenval-une05Singulier, le service de néonatalogie de la Clinique Kenval se distingue par le silence de ses chambres. Seuls les cris d’un nouveau-né peuvent éventuellement le perturber. Pour le confort de l’enfant et des familles, les alarmes ne sonnent pas dans les chambres, mais au plus près des équipes soignantes et de la puéricultrice.

« Les écrans de contrôle peuvent être noircis afin de pas inquiéter inutilement les familles », précise le Dr Jacques Boucoiran, un des cinq pédiatres officiant au sein de l’établissement, seule clinique du département à être désormais pourvue d’un service de néonatalogie.

Inaugurée en avril 2014, au troisième étage de l’établissement du groupe Médipôle Sud Santé, ce service situé au-dessus du bloc de chirurgie obstétrique, des services de consultations gynécologiques et des services d’hospitalisations, répond de façon plus cohérente aux besoins de la population départementale.

« Jusqu’à présent, explique la pédiatre Sandra Brancato, il se pouvait que parents et enfants soient séparés et les nouveaux nés traités à Montpellier, Alès, Avignon ou même Perpignan…

L’évolution du service telle qu’elle se présente aujourd’hui permet aux enfants et à leurs parents de rester au plus près les uns des autres ». Quatre chambres, pouvant accueillir un total de six enfants composent le plateau. Central, le bureau d’accueil, tenu par la puéricultrice Lydvine Cameda, offre une vue d’ensemble sur chaque chambre et le hall central grâce à la pose ingénieuse d’un mur entièrement vitré.

En outre, la création de ce service de néonatalogie permet une prise en charge des prématurés après 34 semaines d’aménorrhée. Désormais certaines pathologies dédiées à la néonatalogie peuvent être traitées à la Clinique Kenval telles que certains ictères sévères ou encore certains troubles métaboliques. « On peut également recevoir d’anciens grands prématurés qui ne seraient pas autonomes, ce qui favorise les rapprochements familiaux », précise le Dr Sandra Brancato.

Autre particularité de ce nouveau service : les cinq pédiatres y officiant exercent à la ville au sein du même cabinet. « Il s’agit avant tout un projet médical », insiste le Dr Katia Ducros. « Avec cette équipe qui est la même qu’au cabinet, des liens forts se sont créés. Nos pratiques sont harmonisées », complète la pédiatre.

Jusqu’à aujourd’hui, le service a accueilli des nouveaux nés dont le séjour d’hospitalisation a oscillé entre une durée de 24 heures et 8 jours. « Les chambres sont spacieuses et confortables. Elles permettent aux parents de rester pendant toute la journée auprès de leur enfant », affirme Catherine Laurin-Roure, directrice de la Clinique Kenval.

D’un point de vue pratique, les cinq pédiatres officiant à la Clinique Kenval assurent une présence de jour quotidienne de consultations dans les murs de l’établissement.

Relevant tous du secteur 1, ils appliquent par ailleurs le tiers-payant.

Dans les chambres accueillant les enfants prématurés, le silence reste entier. Pour leur confort, les berceaux chauffants ont été préférés aux couveuses… toujours bruyantes.

Une atmosphère plus apaisante tant pour l’enfant que des proches l’accompagnent.